<!ELEMENT DICTIONNAIRE  (ARTICLE+) >
<!ELEMENT ARTICLE  (FORME, GRAMMAIRE, ETYMOLOGIE?, ACCEPTION+)>
<!ELEMENT FORME  (ASTÉROÏDE)>
<!ELEMENT GRAMMAIRE  (CATEGORIE, PRECISIONS?)>
<!ELEMENT CATEGORIE  (subst. masc.)>
<!ELEMENT PRECISIONS  (#PCDATA)>
<!ELEMENT ETYMOLOGIE  (Subst. a) 1751 asteroides bot. (Encyclop. Asteroides, genre de plante à fleur radiée, c'est-à-dire, dont le disque est composé de plusieurs fleurons, & la couronne de demi-fleurons qui tiennent à des embryons, & qui sont placés sur un calice écailleux. Les embryons deviennent dans la suite des semences ordinairement oblongues); astéroïde (Trév. 1752 à 1771); b) astéroïdes astron. (LAVEAUX); 1838 astéroïde id. (Ac. Compl. 1842 : Astéroïde. Nom qu'Herschel donnait aux nouvelles planètes, lorsque l'on n'avait pas encore reconnu entièrement leur nature, et sous lequel M. Arago désigne les étoiles filantes); c) 1840-46 Asteroida zool. (AGASSIZ, Nomenclator Zoologicus, Echinodermata : Asteroida. Gray, Syn[opsis] [of the] Brit[ish] Mus[eum] 1840, stellatus); 1845 astéroïdes (BESCH. : Astéroïdes. Groupe des véritables astéries).
B. Adj. 1820 (LAVEAUX, supra étymol. A b); 1838 (Ac. Compl. 1842).
A a dér. de aster* terme de bot. (qui supplante par la suite le dér.); suff. -oïde*. A b prob. empr. à l'angl. asteroïd (cf. supra Ac. Compl. 1842) (HERSCHEL, Phil. Trans. XCII, 228 ds NED : From this, their asteroidical appearance, if I may use that expression... I shall take my name, and call them Asteroids), l'angl. lui-même étant dér. de aster terme d'astron. (aster*); suff. -oïd (oïde*); A c dér. du rad. de astérie*; suff. -oïde*.)>
<!ELEMENT ACCEPTION  (DEFINITION, EXEMPLE?)>
<!ELEMENT DEFINITION  (1. ASTRON. Petit corps céleste (p. ex. particule solide constituant l'anneau de Saturne) 2. Classe d'échinodermes ayant pour type l'astérie)>
<!ELEMENT EXEMPLE  (1. Les astéroïdes ont reçu de nombreux compagnons, et 4 000 de leurs orbites sont actuellement déterminées; voici quelques-uns des plus singuliers : Hermès (découvert en 1937) s'est approché de la Terre à une distance excédant de moitié seulement la distance de la Lune; Icare (1949) présente une excentricité considérable (0,83), Hidalgo (1920) a une forte inclinaison (43o). En 1906 ont été découvertes les premières des seize planètes troyennes actuellement connues, astéroïdes dont chacun forme sensiblement un triangle équilatéral avec Jupiter et le Soleil...
Hist. gén. des sc., t. 3, vol. 2, 1964, p. 523.
Rem. Leurs orbites sont souvent plus excentriques et plus inclinées sur le plan de l'écliptique que celles des autres planètes.
1. Synon. de aérolithe.
P. ext.
2. Petit corps céleste (p. ex. particule solide constituant l'anneau de Saturne) :

2. La question a été principalement étudiée pour la constitution et la stabilité des anneaux de Saturne. On peut faire sur la constitution de ces anneaux trois hypothèses : ils sont solides, ou fluides, ou formés d'astéroïdes indépendants très nombreux circulant autour de la planète. Nous allons voir qu'il faut rejeter les deux premières hypothèses pour des raisons mécaniques. La troisième hypothèse, proposée déjà par Cassini en 1715, mais sans preuves à l'appui, semble confirmée par l'expérience : l'anneau intérieur de Saturne est en effet transparent et la lumière le traverse sans trace de réfraction; ce n'est donc pas un milieu continu.
H. POINCARÉ, Leçons sur les hypothèses cosmogoniques, 1911, p. 35.
B. ZOOL., subst. masc. plur. Les astéroïdes. Classe d'échinodermes ayant pour type l'astérie :

3. Mais il y a dans cette classe d'échinodermes bien d'autres régimes alimentaires : de nombreuses étoiles mangent des éponges, ou des Ascidies composées; Solaster papposus mange des Oursins et d'autres Astéries; Pycnopodia helianthoïdes, quoique omnivore, a une préférence marquée pour les Oursins; il y a même des Astéroïdes herbivores!
J.-M. PÉRÈS, La Vie dans l'océan, 1966, p. 109.
Emploi adj. Synon. de astéride.
Rem. En méd., ,,petite tache blanche et opaque, en forme d'étoile, qui se montre sur la cornée transparente``. (Lar. 19e-Nouv. Lar. ill.). Cf. astérisque.
PRONONC. : [].)>
<!ELEMENT DICTIONNAIRE  (ARTICLE+) >
<!ELEMENT ARTICLE  (FORME, GRAMMAIRE, ETYMOLOGIE?, ACCEPTION+)>
<!ELEMENT FORME  (CONSTELLATION)>
<!ELEMENT GRAMMAIRE  (CATEGORIE, PRECISIONS?)>
<!ELEMENT CATEGORIE  (subst. fém)>
<!ELEMENT PRECISIONS  (#PCDATA)>
<!ELEMENT ETYMOLOGIE  ()>
<!ELEMENT ACCEPTION  (DEFINITION, EXEMPLE?)>
<!ELEMENT DEFINITION  (1.ASTRON. Groupe d'étoiles formant une figure plus ou moins précise dont il tire généralement son nom. 2.ASTROL. [Constellation envisagée sous le rapport de l'influence bénéfique et maléfique qu'elle exerce sur les événements humains)>
<!ELEMENT EXEMPLE  (1. Les constellations circompolaires resplendissaient, et, parmi toutes, cette Croix du Sud que l'ingénieur, quelques jours auparavant, saluait à la cime du mont Franklin. Cyrus Smith observa pendant quelque temps cette splendide constellation, qui porte à son sommet et à sa base deux étoiles de première grandeur, au bras gauche une étoile de seconde, au bras droit une étoile de troisième grandeur.
VERNE, L'Île mystérieuse, 1874, p. 122.
P. méton. Représentation symbolique de ce groupe d'étoiles par une figure conventionnelle. La constellation de la Croix du Sud, relevée alors pour la première fois et qui figure dans le drapeau national du Brésil (CENDRARS, Bourlinguer, 1948, p. 349).
2. P. anal.
a) [Avec un compl. désignant des choses concr. plus ou moins brillantes] Le bandeau de diamants (...) lumineuses étoiles de la terre, constellations qui brillez au front des reines (A. DUMAS Père, La Jeunesse des Mousquetaires, 1849, 4, p. 11). L'île (...) astre central d'une constellation d'îlots et de rocs (QUEFFÉLEC, Un Recteur de l'île de Sein, 1944, p. 159).
P. iron. Éparpillement d'objets prosaïques et disparates. Se groupaient capricieusement des constellations de vieux chaussons, de savates et de chiffons affreux (HUGO, Les Misérables, t. 1, 1862, p. 886).
b) [Pour désigner des pers. très brillantes] Ces constellations d'écrivains si hautes sur l'horizon (VALÉRY, Variété IV, 1938, p. 13).
[Pers. individuelle] Douze officiers, toujours autour de moi et avec moi, que vous appeliez mes douze constellations (MAUPASSANT, Contes et nouvelles, t. 1, L'Ordonnance, 1887, p. 1080). Il [oncle Xavier] était une constellation de ce ciel enfantin (MAURIAC, Le Mystère Frontenac, 1933, p. 38).
3. P. métaph.
a) Ensemble de qualités brillantes, d'actions d'éclat. La liberté, la bonne conscience, le courage, le dévouement... toutes les constellations (HUGO, L'Homme qui rit, t. 2, 1869, p. 106). Faire à chaque instant éclore au zénith des siècles des constellations de victoires (HUGO, Les Misérables, t. 1, 1862, p. 803).
b) Ensemble de choses abstraites ayant entre elles une certaine relation :

2. ... les données du problème ne sont pas antérieures à sa solution, et la perception est justement cet acte qui crée d'un seul coup, avec la constellation des données, le sens qui les relie...
MERLEAU-PONTY, Phénoménologie de la perception, 1945, p. 46.
LING. ,,Tandis qu'un syntagme appelle tout de suite l'idée d'un ordre de succession et d'un nombre déterminé d'éléments, les termes d'une famille associative ne se présentent ni en nombre défini, ni dans un ordre déterminé (...) Un terme donné est comme le centre d'une constellation le point où convergent d'autres termes coordonnés, dont la somme est indéfinie`` (SAUSSURE, Cours de ling. gén., 1916, p. 175).
En glossématique. ,,Fonction qui existe entre deux fonctifs, variables tous les deux`` (Ling. 1972).
PSYCHOL. ,,Ensemble des éléments principaux d'un état de conscience à un moment donné`` (FOULQ.-ST-JEAN 1962) :

3. Que l'on prenne un désir isolément ou la constellation mentale à un moment donné, je suis toujours en face d'une symphonie inachevée.
RICŒUR, Philos. de la volonté, 1949, p. 137.
B. ASTROL. [Constellation envisagée sous le rapport de l'influence bénéfique et maléfique qu'elle exerce sur les événements humains] Telle constellation étant funeste ou secourable (FLAUBERT, Salammbô, t. 1, 1863, p. 105).
En partic. [À la naissance de chaque individu] La même constellation avoit présidé à leur naissance (CONSTANT, Wallstein, Notes hist., 1809, p. 201).
P. métaph. Réunion de phénomènes divers exerçant ensemble une certaine influence. La signification des constellations intelligibles qui dominent les diverses phases de l'histoire humaine (MARITAIN, Humanisme intégral, 1936, p. 151).
ÉCON. ,,Ensemble de phénomènes si bien reliés entre eux, qu'indépendamment les uns des autres, ils n'ont pas d'existence, mais constituent par leur réunion un phénomène qui présente quant à lui un certain caractère autarcique`` (ROMEUF t. 1 1956) :

4. Nous venons de voir en quel sens les constellations des coûts et des prix exercent des pressions structurelles à l'inflation.
PERROUX, L'Écon. du XXe s., 1964, p. 532.)>
<!ELEMENT DICTIONNAIRE  (ARTICLE+) >
<!ELEMENT ARTICLE  (FORME, GRAMMAIRE, ETYMOLOGIE?, ACCEPTION+)>
<!ELEMENT FORME  (COSMOS)>
<!ELEMENT GRAMMAIRE  (CATEGORIE, PRECISIONS?)>
<!ELEMENT CATEGORIE  (subst. masc.)>
<!ELEMENT PRECISIONS  (#PCDATA)>
<!ELEMENT ETYMOLOGIE  ()>
<!ELEMENT ACCEPTION  (DEFINITION, EXEMPLE?)>
<!ELEMENT DEFINITION  (L'univers, ou partie de l'univers, considéré comme un ensemble ordonné.)>
<!ELEMENT EXEMPLE  (1. Les enveloppes dont la Matière se compose sont foncièrement hétérogènes les unes par rapport aux autres. (...) Ces multiples zones du Cosmos s'englobent sans s'imiter, de sorte que nous ne saurions en rien passer de l'une à l'autre par simple changement de coefficients (...) L'ordre, le dessin n'apparaissent que dans l'ensemble. La maille de l'Univers est l'Univers lui-même.
TEILHARD DE CHARDIN, Le Phénomène humain, 1955, p. 39.

2. Cette doctrine le cosmos astrologique dont parlait Robert Amadou fait de l'homme un petit monde microcosme semblable au grand monde de l'univers macrocosme. Le cosmos est un être immense dont toutes les parties sont connexes, sont soumises aux mêmes lois et fonctionnent de façon semblable.
A. BARBAULT, De la psychanal. à l'astrol., 1961, p. 20.
Rem. On rencontre ds la docum. le synon. vx. cosme, subst. masc. (cf. RENOUVIER, Essais crit. gén., 3e essai, 1864, p. 115). Cf. macrocosme, microcosme.
B. P. méton.
1. ASTRONAUT. Espace interplanétaire. Conquête du cosmos, voyage dans le cosmos. Il était exactement 15 h 47 quand le colonel Glenn est parti pour le cosmos (Paris-Presse, 21 févr. 1962 ds GUILB. Astronaut. 1967, p. 107).
2. ASTRON. ,,Portion de l'espace céleste pouvant être observée à un moment donné par le plus puissant télescope`` (LEGRAND 1972).
Prononc. : []. DUB. et Pt ROB. donnent uniquement cette prononc. Pt Lar. 1968 transcrit [] avec [] ouvert. La prononc. avec [] est donnée comme var. de celle avec [o] fermé ds WARN. 1968 et ds Lar. Lang. fr. (Pour [o] et prononc. de s final dans albatros, albinos, mérinos, tétanos, cosmos, pathos, cf. KAMM. 1964, p. 81, 197). Étymol. et Hist. 1. 1847 « univers » (HUMBOLDT, Cosmos, [all. Kosmos 1845-1862] Essai d'une Description physique du monde, trad. fr., Paris, 1847-59 ds Lar. 19e). 2. 1959 « espace intersidéral » (A. DUCROCQ, La victoire sur l'espace, p. 18 ds GUILB. Astronaut., p. 23). Empr. au gr. « bon ordre; ordre de l'univers; monde, univers ». Bbg. MOUSSAT (É.))>
<!ELEMENT DICTIONNAIRE  (ARTICLE+) >
<!ELEMENT ARTICLE  (FORME, GRAMMAIRE, ETYMOLOGIE?, ACCEPTION+)>
<!ELEMENT FORME  (ÉTOILE)>
<!ELEMENT GRAMMAIRE  (CATEGORIE, PRECISIONS?)>
<!ELEMENT CATEGORIE  (subst. fém.)>
<!ELEMENT PRECISIONS  (#PCDATA)>
<!ELEMENT ETYMOLOGIE  (#PCDATA)>
<!ELEMENT ACCEPTION  (DEFINITION, EXEMPLE?)>
<!ELEMENT DEFINITION  (1. ASTRON. Astre brillant de sa propre lumière, observable sous la forme d'un point scintillant, sans mouvement apparent. Amas d'étoiles; grandeur, magnitude d'une étoile. Comme on parlait devant lui du mouvement des étoiles : « Ce n'est pas vrai, que les étoiles tournent. On dit les étoiles fixes. Et si elles tournaient, on le saurait » (ALAIN, Propos, 1913, p. 169) 2. Usuel, p. ext. Tout astre brillant (étoile ou planète) autre que le soleil et la lune. Étoile(s) brillante(s); fourmillement d'étoiles. Elle n'avait aucune idée de ces distances vertigineuses, et Tahaapaïru les comparait à celles qui séparaient Fataoua de la lune ou des étoiles (LOTI, Mariage, 1882, p. 72). On vit là-bas [dans ce pays lointain] comme dans un paradis. Jamais d'hiver, un ciel éternellement bleu, une existence au soleil et aux étoiles (ZOLA, Joie de vivre, 1884, p. 1070). :)>
<!ELEMENT EXEMPLE  (1. Lorsque nos regards s'élèvent vers les cieux étoilés, pendant ces heures étincelantes où la voûte céleste apparaît constellée d'une véritable poussière lumineuse, arrêtons-nous sur l'un quelconque de ces points brillants qui scintillent au fond des cieux : ce point est aussi gros que notre soleil, et, dans l'univers, notre soleil n'est pas plus important que lui. Éloignons-nous par la pensée jusqu'à cette étoile, et de sa distance retournons-nous vers la Terre et cherchons notre système solaire...
FLAMMARION, Astron. pop., 1880, p. 378.
SYNT. Étoiles australes, bleues, chaudes, éteintes, faibles, gazeuses, géantes, naines, nouvelles, obscures, rouges, visibles, voisines; catalogue, coucher, déclinaison, densité, distance, grandeur apparente, lever, observation, occultation, orbite, puissance, scintillation, volume des étoiles.
Étoiles doubles, multiples. Ensemble de deux ou plusieurs étoiles si rapprochées qu'elles se confondent en une seule étoile apparente. Sur trois étoiles il y a « pour le moins » une étoile double. Parfois les deux composantes sont faciles à séparer, parfois aussi elles se touchent presque (POINCARÉ, Hyp. cosmogon., 1911, p. LX). De belles « étoiles doubles », dont les composantes sont souvent de couleurs différentes (DANJON, Cosmogr., 1948, introd., p. 17).
Étoile polaire. Étoile appartenant à la constellation de la Petite Ourse et voisine du pôle Nord, dont elle indique la direction. Et quelquefois, dans un effort pour remettre le cap sur mon logis, en fixant, d'après les principes nautiques, mes yeux sur l'étoile polaire, (...) j'entrais soudainement dans des labyrinthes de ruelles (BAUDEL., Paradis artif., 1860, p. 415) :
2. Tu ne sais pas où est le Nord... Eh bien, je te ferai voir un de ces soirs l'Étoile polaire... Eh bien, tu prendras trois petits piquets, tu les planteras en ligne, bien en ligne, avec cette étoile. En te couchant par terre, tu les aligneras bien juste. Et puis avec un méridien, tu verras comme ça parfaitement où est le Nord.
GONCOURT, Journal, 1860, p. 761.
Étoile variable. Étoile dont l'éclat varie au cours de périodes plus ou moins longues. Ils [les amas] contiennent peu d'étoiles variables et ce sont généralement des variables à éclipse (SCHATZMAN, Astrophys., 1963, p. 104).

1. En partic.
a) Étoile filante. Météore dont l'embrasement lors du passage dans les couches supérieures de l'atmosphère produit un phénomène lumineux très fugace. Quelques étoiles filantes glissèrent tout à coup, décrivant sur le ciel comme la parabole d'une monstrueuse fusée (FLAUB., Bouvard, t. 1, 1880, p. 79). Jean-Louis et José assis sur le banc du perron, la tête renversée, guettaient les étoiles filantes (MAURIAC, Myst. Frontenac, 1933, p. 109).
b) Étoile du Berger, du matin, du soir. Planète Vénus. Cependant l'étoile du matin paraissait sur le sommet des montagnes voisines (DUPUIS, Orig. cultes, 1796, p. 251). Là, le lac immobile étend ses eaux dormantes Où l'étoile du soir se lève dans l'azur (LAMART., Médit., 1820, p. 10). Marie, enfin quitte l'ouvrage, Voici l'étoile du Berger (BÉRANGER, Chans., t. 3, Le Prisonnier de guerre, 1829, p. 219).
c) RELIG. CHRÉT.
Étoile des Mages. Étoile qui, selon l'Évangile (Matthieu 2, 1-12) guida les Rois Mages jusqu'à la Crèche. Comme l'étoile a conduit les trois rois du fin fond de l'Orient. Vers le berceau de mon fils (PÉGUY, Porche Myst., 1911, p. 174) :)>
<!ELEMENT DICTIONNAIRE  (ARTICLE+) >
<!ELEMENT ARTICLE  (FORME, GRAMMAIRE, ETYMOLOGIE?, ACCEPTION+)>
<!ELEMENT FORME  (GALAXIE)>
<!ELEMENT GRAMMAIRE  (CATEGORIE, PRECISIONS?)>
<!ELEMENT CATEGORIE  (subst. fém.)>
<!ELEMENT PRECISIONS  (#PCDATA)>
<!ELEMENT ETYMOLOGIE  (#PCDATA)>
<!ELEMENT ACCEPTION  (DEFINITION, EXEMPLE?)>
<!ELEMENT DEFINITION  (A. ASTRON., au sing., [Le plus souvent avec une majuscule]. La Galaxie. Nébuleuse spirale, comprenant le soleil, qui se présente à l'observateur terrestre sous l'apparence de la Voie Lactée. B. P. ext., au sing. ou au plur. Une galaxie. Toute nébuleuse spirale analogue à celle dont fait partie le soleil.)>
<!ELEMENT EXEMPLE  (1. L'observation à l'œil nu de la Voie Lactée révèle l'existence de grandes régions obscures se détachant sur le fond brillant des étoiles, comme par exemple la région de Aquila où la Voie Lactée paraît se diviser en deux. Cette apparence est due effectivement à la présence de matière absorbante placée entre nous et les étoiles éloignées de notre galaxie.2. Les astronomes du siècle dernier avaient réussi à explorer la « Voie Lactée » et tout ce qu'ils voyaient dans le ciel se classait dans cet ensemble cohérent. Alors on perfectionna les instruments d'observation, puis les méthodes de mesure, en particulier de distance et de vitesse. Et voilà que ces mesures plus précises montrèrent que certains objets attribués à notre Galaxie sous le nom de nébuleuses étaient en réalité d'autres galaxies beaucoup plus lointaines.
DECAUX, Mesure temps, 1959, p. 56.)>
<!ELEMENT DICTIONNAIRE  (ARTICLE+) >
<!ELEMENT ARTICLE  (FORME, GRAMMAIRE, ETYMOLOGIE?, ACCEPTION+)>
<!ELEMENT FORME  (MÉTÉORITE)>
<!ELEMENT GRAMMAIRE  (CATEGORIE, PRECISIONS?)>
<!ELEMENT CATEGORIE  (subst. fém.)>
<!ELEMENT PRECISIONS  (#PCDATA)>
<!ELEMENT ETYMOLOGIE  (#PCDATA)>
<!ELEMENT ACCEPTION  (DEFINITION, EXEMPLE?)>
<!ELEMENT DEFINITION  (Fragment de matière cosmique, de composition métallique ou pierreuse, qui tombe sur la terre après s'être embrasé en traversant l'atmosphère. De météorites, relatif aux météorites. )>
<!ELEMENT EXEMPLE  (Il résulte de plusieurs centaines d'analyses, dues aux chimistes les plus éminents, que les météorites n'ont présenté aucun corps simple étranger à notre globe (FLAMMARION, Astron. pop., 1880, p. 690). Les météorites sont des corps célestes indépendants de la terre (VERNADSKY, Géochim., 1924, p. 18). V. aérolithe ex. 2 et bolide ex.2.La théorie météoritique primitive de Lord Kelvin (H. POINCARÉ, Hyp. cosmogon., 1911, p. 245). Les plus petites [météorites] pèsent moins de 1g et on les trouve parce qu'on les cherche dans les sites d'averses météoritiques importantes (Encyclop. univ. t. 10 1968, p. 995). )>
<!ELEMENT DICTIONNAIRE  (ARTICLE+) >
<!ELEMENT ARTICLE  (FORME, GRAMMAIRE, ETYMOLOGIE?, ACCEPTION+)>
<!ELEMENT FORME  (NÉBULEUSE)>
<!ELEMENT GRAMMAIRE  (CATEGORIE, PRECISIONS?)>
<!ELEMENT CATEGORIE  (subst. fém.)>
<!ELEMENT PRECISIONS  (#PCDATA)>
<!ELEMENT ETYMOLOGIE  (#PCDATA)>
<!ELEMENT ACCEPTION  (DEFINITION, EXEMPLE?)>
<!ELEMENT DEFINITION  (A. Objet céleste présentant un aspect diffus et nuageux.B. P.anal. ou au fig.
1. Amas diffus, masse vaporeuse, floue ou informe.B. P.anal. ou au fig.2. Ce qui environne, enveloppe quelque chose ou quelqu'un, ce qui constitue son atmosphère.)>
<!ELEMENT EXEMPLE  (Une moisissure est une pléiade de fleurs; une nébuleuse est une fourmillière d'étoiles (HUGO, Misér., t.2, 1862, p.81). La condensation des nébuleuses, le durcissement des planètes (...) le travail gigantesque de la vie qui achemina l'amibe jusqu'à l'homme, tout avait convergé heureusement pour aboutir, à travers nous, à cette qualité du plaisir (SAINT-EXUP., Lettre otage, 1943, p.397):

1. L'hypothèse d'Herschell agrandit encore la conception de Laplace et la corrobore, en se fondant sur l'observation des amas de matière cosmique, à divers degrés d'expansion ou de condensation autour de noyaux simples ou multiples plus ou moins brillants, depuis les nébuleuses les plus vagues et les plus élémentaires jusqu'aux étoiles proprement dites...
RENOUVIER, Essais crit. gén., 3e essai, 1864, p.118.Ailleurs sa conscience [de la ville] est une nébuleuse Sans contours, une chose vague, détendue, Qu'une fluorescence indique dans le noir. Mais au théâtre elle s'agglomère en soleil (ROMAINS, Vie unan., 1908, p.67). Des peignoirs à volants, à franges, à dentelles qui l'environnaient d'une nébuleuse mouvante (DUHAMEL, Jard. bêtes sauv., 1934, p.83):

2. C'est pourquoi se trompent ceux-là qui cherchent à plaire. Et pour plaire se font malléables et ductiles. Et répondent d'avance aux désirs. Et trahissent en toute chose afin d'être comme on les souhaite. Mais qu'ai-je affaire de ces méduses qui n'ont ni os ni forme? Je les vomis et les rends à leurs nébuleuses: venez me voir quand vous serez bâtis.
SAINT-EXUP., Citad., 1944, p.723.Puisque l'oeuvre d'art (...) se trouve porteuse d'une signification aussi diverse, aussi étendue que la vie intérieure tout entière; puisqu'elle la reflète de son noyau de conscience jusqu'à la limite de son immense nébuleuse d'inconscient (HUYGHE, Dial. avec visible, 1955, p.417):

3. ... change, puisque dans la nature tout change, et qu'à ton âge surtout on peut changer du tout en quinze jours; change, mais dans ton essentiel reste ce que tu es. Qu'il y ait dans ta nébuleuse un noyau solide et constant à jamais...)>
<!ELEMENT DICTIONNAIRE  (ARTICLE+) >
<!ELEMENT ARTICLE  (FORME, GRAMMAIRE, ETYMOLOGIE?, ACCEPTION+)>
<!ELEMENT FORME  (PLANÈTE)>
<!ELEMENT GRAMMAIRE  (CATEGORIE, PRECISIONS?)>
<!ELEMENT CATEGORIE  (subst. fém)>
<!ELEMENT PRECISIONS  (#PCDATA)>
<!ELEMENT ETYMOLOGIE  (#PCDATA)>
<!ELEMENT ACCEPTION  (DEFINITION, EXEMPLE?)>
<!ELEMENT DEFINITION  (1. Corps céleste non lumineux gravitant autour du Soleil. 2. P. anal. Corps céleste gravitant autour d'une étoile. )>
<!ELEMENT EXEMPLE  (Vois ces planètes qui roulent en ordre, sans jamais se heurter: c'est moi qui en ai réglé le cours, selon la justice. Entends l'harmonie des sphères (SARTRE, Mouches, 1943, III, 2, p.98):

1. Ici encore, nous avons trois phénomènes qui pour le ptoléméien sont absolument indépendants et qui pour le copernicien sont rapportés à la même origine; ce sont les déplacements apparents des planètes sur la sphère céleste...
H. POINCARÉ, Valeur sc., 1905, p.273.)>
<!ELEMENT DICTIONNAIRE  (ARTICLE+) >
<!ELEMENT ARTICLE  (FORME, GRAMMAIRE, ETYMOLOGIE?, ACCEPTION+)>
<!ELEMENT FORME  (SATELLITE)>
<!ELEMENT GRAMMAIRE  (CATEGORIE, PRECISIONS?)>
<!ELEMENT CATEGORIE  (subst. masc. et adj)>
<!ELEMENT PRECISIONS  (#PCDATA)>
<!ELEMENT ETYMOLOGIE  (#PCDATA)>
<!ELEMENT ACCEPTION  (DEFINITION, EXEMPLE?)>
<!ELEMENT DEFINITION  (1. ASTRON. Corps de nature planétaire accomplissant sa révolution autour d'une planète principale à laquelle il est lié par la gravitation et qu'il accompagne en même temps dans sa propre révolution.C. Satellite (artificiel). Engin spatial lancé dans l'espace à une vitesse suffisante pour décrire une révolution autour de la terre ou d'une autre planète, et destiné à transporter des cosmonautes ou à apporter des informations à des fins scientifiques, militaires ou de télécommunication. )>
<!ELEMENT EXEMPLE  (Les planètes du second ordre ou satellites, qui font leur révolution autour d'une planète principale, servent à lui renvoyer les rayons du soleil par leurs réverbères, dont les foyers seraient dérangés à chaque instant, si elles avaient un mouvement de rotation (BERN. DE ST-P., Harm. nat., 1814, p. 357).Si l'on veut que ces liaisons par satellites puissent avoir lieu en permanence, 24 heures sur 24, il est nécessaire de placer en orbite un nombre suffisant de satellites de façon à ce que deux points du globe en aient toujours un en visibilité (Admin. P. et T., 1964, p. 43). On a pensé aussi aux satellites relais pour télécommunications, et cela sous deux aspects: le simple miroir à ondes (c'est le gros ballon Écho (...)), et l'engin qui reçoit, enregistre et retransmet en un point quelconque de son orbite sur demande; c'est l'extraordinaire Courier I (4 octobre 1960) )>
<!ELEMENT DICTIONNAIRE  (ARTICLE+) >
<!ELEMENT ARTICLE  (FORME, GRAMMAIRE, ETYMOLOGIE?, ACCEPTION+)>
<!ELEMENT FORME  (SOLEIL)>
<!ELEMENT GRAMMAIRE  (CATEGORIE, PRECISIONS?)>
<!ELEMENT CATEGORIE  (subst. masc.)>
<!ELEMENT PRECISIONS  (#PCDATA)>
<!ELEMENT ETYMOLOGIE  (#PCDATA)>
<!ELEMENT ACCEPTION  (DEFINITION, EXEMPLE?)>
<!ELEMENT DEFINITION  (A. 1. Astre dont le rayonnement produit la lumière du jour et réchauffe la terre.1. ASTRON. Étoile naine située sur le plan médian de la Galaxie, formée d'une masse quasi-sphérique de gaz incandescent libérant de l'énergie dans le milieu interplanétaire, et qui constitue l'astre central du système planétaire dont fait partie la Terre.)>
<!ELEMENT EXEMPLE  (Le soir venait. Le globe rouge du soleil entra dans la mer de l'Ouest (MILLE, Barnavaux, 1908, p. 267). V. disque ex. 3:

1. ... le soleil montait à l'horizon. Il colorait d'un reflet jaune la rivière (...) arrivé au zénith, il semblait dévorer la terre. (...) dans des flocons de feu et de pourpre, il se couchait.
KARR, Sous tilleuls, 1832, p. 165.De la constitution de notre système planétaire, résulte une subordination bien marquée des planètes au soleil et des satellites à leurs planètes principales (COURNOT, Fond. connaiss., 1851, p. 30). Le Soleil est à 150 millions de kilomètres de la Terre (H. POINCARÉ, Valeur sc., 1905, p. 165). V. apogée ex. 1, coronal ex. de Schatzman et ex. 2, mouvement I A 2 b ex. de Decaux et ex. 3.
SYNT. Densité, diamètre, rotation du soleil; température de radiation du soleil; facules, parties, protubérances, taches du soleil; éclipse du soleil; radioastronomie, spectroscopie du soleil; attraction entre le soleil et les planètes; énergie émise par le soleil; soleil à son périgée, au zénith)>